• Des mots plein d'espoir

    Le docteur vétérinaire Jean KAHN, Président honoraire de l’Académie Vétérinaire de France a écrit au Collectif Pour La Mémoire Vétérinaire : 

    « Un grand bravo pour cette initiative à laquelle j’adhère pleinement. » 

    Le docteur vétérinaire François Bertin, conseiller général honoraire du canton d’Argentat (Corrèze) a écrit au Collectif Pour La Mémoire Vétérinaire : 

      « Avec mes remerciements et toutes mes félicitations pour votre initiative susceptible d’effacer une partie du déshonneur dont s’est satisfait notre profession pendant trop longtemps. » 

    Le docteur vétérinaire Hervé Piel, conseiller ordinal honoraire a écrit au Collectif Pour La Mémoire Vétérinaire : 

    « BRAVO ET MERCI

    Lorsque j'étais à l'école, un silence prudent était gardé sur la période correspondant à la fondation de nos ordres professionnels. Ce silence s'intégrait fort bien dans l'omerta générale de notre douce France. Nos enseignants avaient, pour beaucoup, connu la période 40-44.

    Lors de mon mandat de jeune conseillr ordinal (années 80, j'avais 30 ans!), j'ai pu constater qu'il était difficile de faire évoluer tout ça. Je n'étais pas le seul à souhaiter des évolutions...

    Aujourd'hui, les témoins directs, et ceux qui ont fait de belles carrières en suivant le sens du vent, avec quelques concessions à la morale et au civisme, ont disparu. Il va donc être plus facile de faire face à une réalité difficile sur les origines réelles de notre ordre professionnel.

    Ces origines ne semblaient pas le désigner comme garant naturel du respect et de la déontologie des moralités professionnelles. Je ne suis pas le seul à avoir vécu mon "adhésion" (obligatoire!) à l'ordre avec une réticence légitime. Merci pour votre action, cet ordre méritait mieux que cette situation ambiguë. Il a un rôle à jouer. L'action des conseillers (bénévoles) méritait d'être clarifiée, exempte de tout doute, bref, un nouveau départ ?

    Merci d'évoquer la mémoire de nos confrères victimes trop oubliées d'un système volontairement oublié.

    Hervé PIEL (A70)

    P.S. : La plupart des conseillers ordinaux œuvrent bénévolement et utilement au quotidien et à l'échelon local. Une clarification de cet arrière plan lourd ne peut qu'être bénéfique.» 

    Le docteur vétérinaire Antoni Silberstein a écrit au Collectif Pour La Mémoire Vétérinaire : 

    « Je félicite les membres de la profession qui ont su trouver l'énergie et la ténacité pour créer ce collectif et présenter, plus de soixante-dix après les douloureux événements de Vichy, une demande claire et déterminée, rédigée avec clarté et courage.»

    Le docteur Julien ASTOUL-DELSENY a écrit au Collectif Pour La Mémoire Vétérinaire :

    « Si le mal se nourrit de l'inaction des gens de bien, l'ombre finit toujours par céder face à leur obstination à faire triompher la lumière.»