• Les vétérinaires résistants tués par les nazis

    Cette rubrique concerne les vétérinaires qui ont résisté pendant la guerre au nazisme et au gouvernement de Vichy et qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté. 

      Tous ceux qui auraient des informations sur des vétérinaires résistants peuvent nous contacter à memoireveterinaire@gmail.com afin qu’il soit rendu l'hommage qu'on leur doit.

     

    JULIEN LAFAYE et GEORGES HOLSTEIN

       Julien LAFAYE, est vétérinaire aide major pendant la 1ère guerre mondiale dont il revient « Croix de guerre » 1914-1918. Il s’installe à Versailles, rue du Parc de Glagny où il prend comme adjoint Georges HOLSTEIN. Il réalise un ouvrage « La tension artérielle en clinique vétérinaire » (ed. Vigot Frères). Il est impliqué dans de nombreuse autres fonctions : vice-président de la section syndicale vétérinaire de Seine-et-Oise, inspecteur des viandes, membre rapporteur du comité d’hygiène départementale, vétérinaire officiel du département…

       En octobre 1940, il fonde avec Jean DE LAUNOY et le père GUIHAIRE, le réseau résistant « Vérité française ». Les actions du réseau sont multiples : leurs membres créent un journal clandestin du même nom, cachent des prisonniers évadés, les font passer en zone libre et constituent des dépôts d’armes en relation avec le réseau de Soissons. Le journal « Vérité française », qui entre octobre 1940 et le 25.11.1941 sort 32 numéros, publie des articles contre la législation anti-juive de nature à réveiller la conscience chrétienne contre le nazisme. Julien LAFAYE en est le principal rédacteur sous le pseudo de FT Nel. Georges HOLSTEIN et sa mère, ainsi que le garçon de chenil de la clinique vétérinaire, Roland LANGLOIS, s’occupent eux de l’édition.

       Le réseau vient grossir les rangs du réseau dit « du Musée de l’Homme » dont une des dirigeantes est Germaine TILLON.

       Le 25.11.1941, 80 membres du réseau sont arrêtés par la Gestapo. Le réseau est alors entièrement démantelé du fait d’un dénonciateur, Jacques Desoubry, agent double chargé par les allemands d’infiltrer les organisations résistantes.

       Julien LAFAYE est condamné à mort avec ses compagnons de lutte et sa peine, devant l’indignation de la population et ses états de service, est commuée en réclusion en Allemagne.

       Georges HOLSTEIN est condamné à 5 ans de réclusion en Allemagne. Tous deux sont déportés puis incarcérés à la prison de Sonnenburg sous la procédure NN (« Nacht und Nebel », « Nuit et Brouillard ») qui réservent aux prisonniers des traitements inhumains. Georges HOLSTEIN en meurt le 21 février 1944, Julien LAFAYE, en meurt le 15 mai 1944.

    Le 1er décembre 1946 est posée une plaque commémorative sur la façade de la clinique vétérinaire du Parc de Glany à Versailles.

     

     Pierre ARGOUD

       Pierre ARGOUD, né en mai 1899 à Fleury-la-Vallée, fils de vétérinaire, il sort de l’école vétérinaire de Lyon en 1923, et s'engage dans la résistance en 1943. Maire d'Aillant, il est très connu et très estimé dans la région. Malheureusement, son engagement politique ne passe pas inaperçu auprès des Allemands : il doit vite passer dans la clandestinité pour continuer ses actions de résistance. Il est dénoncé lors d'un transport d'armes à Dijon et alors arrêté puis déporté au camp de concentration de Dachau (France) le 21.06.1944. Il meurt en déportation à Flossenbürg ou à Herrbrück (France) le 20 ou le 24.10.1944 (selon les sources).  

    Ironie de l'histoire et du sort : élu est maire en 1945 alors qu'il est déjà mort puisque son acte de décès n'est rendu officiel qu'en 1946 !

     

    Jacques BERGERRON

    Jacques, Paul, Marie BERGERON, né le 15.05.1920, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1943, résistant dans les FFI (3ème Bat.), mort par l’explosion de grenades à Valençay (Indre) le 04.09.1944 à l'âge de 24 ans, "Mort pour la France".

    Sources : 

    http://julienlafaye.free.fr/

    http://sfhmsv.free.fr/SFHMSV_files/Textes/Activites/Bulletin/Txts_Bull/B10/Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet%202010%2004.pdf 

    http://www.fas-sqy.org/files/6613/1758/2648/livret-expo_-deportation_def.pdf

    http://www.lesormes89.fr/resistance.html

    http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/base3945/

     

    HONNEUR A NOS HÉROS VÉTÉRINAIRES RÉSISTANTS :

     

    Maurice BERNARD, sorti de l’école d’Alfort vétérinaire en 1914, résistant dans l’organisation de la Résistance de l’Armée, déporté, mort dans un convoi entre Compiègne et Dachau le 02.07.1944.

    Robert BLANCHE, sorti de l’école vétérinaire d’Alfort, résistant dans les Francs Tireurs et Partisans Français, mort au combat du Pizou au Pizou (Dordogne) le 24.08.1944.

    Jean CHANRAUD, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1922, résistant, déporté, mort en déportation à Schlakemwerth (France) le 03.03.1945.

    Renaud CRUVEILLER, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1936, résistant, déporté, mort en déportation à Hradisko (République Tchèque), le 11.04.1945.

    Joseph DUCRET, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1928, résistant dans les FFI, mort au combat à Montagney-Servigney (Doubs) le 07.09.1944.

    Jean-Marie ELIZE*, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1914, résistant, déporté, mort en déportation à Nordhausen (France) le 14.02.1945.

    René FREY, sorti de l’école vétérinaire en 1936, résistant, arrêté et assassiné par les Allemands.

    Georges HOLSTEIN, sorti de l’école vétérinaire d’Alfort en 1928, résistant dans le réseau « La Vérité Française », déporté, mort en déportation à Sonnenburg (France) le 21.02.1944.

    Paul LAFAYE, sorti de l’école vétérinaire d’Alfort en 1904, résistant dans le réseau « La Vérité Française », déporté, mort en déportation à Sonnenburg (France) le 15.05.1944.

    Yves François LE BITOUX, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1912, résistant dans le réseau Alliance, déporté, mort en déportation à Nordhausen (France) le 07.04.1945.

    Paul LE GAL, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1910, résistant, déporté, mort en déportation à Dora-Mittelbau (France) le 19.05.1944.

    Louis Jean LE PALLEC, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1941, résistant dans les FFI, mort au combat dans les rangs des FFI à Blois (Loire-et-Cher) le 20.08.1944.

    Georges Julien MARTIN, entré à l’école vétérinaire de Lyon en 1938, résistant dans les FFI, déporté, mort à son retour de déportation à Davézieux (Ardèche) le 30.10.1945.

    Jean-Marie MONASSON, entré à l’école vétérinaire de Lyon en 1941, résistant dans le réseau Combat à Lyon, arrêté et condamné à mort, fusillé par les Allemands La Combe-Freteuille le 06.04.1944.

    Léon PALARIA*, sorti de l’école vétérinaire d’Alfort en 1933, interdit d’exercice par l’Ordre des vétérinaires, résistant dans les FFI, arrêté par la milice, torturé, fusillé par les Allemands en juillet 1944 à L’Hermitage-Lorges (Côtes du Nord).

    Charles PANNETIER, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1926, résistant dans l’Armée secrète puis dans les FFI, fusillé par les Allemands à Roanne, le 19.08.1944.

    Adrien THIERRY, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1920, résistant dans les maquis de l’Ain, pris comme otage et fusillé par les Allemands à Pont-de-Vaux (Ain) le 08.06.1944.

    Emile TIRTAINE, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1922, résistant dans les FFI, déporté, mort en déportation à Dachau (France) le 04.05.1945.

    Maurice TRELUT, sorti de l’école vétérinaire de Toulouse en 1902, résistant, déporté, mort en déportation à Buchenwald (France) le 15.02.1945, reconnu « Juste parmi les Nations ». 

    Raoul VANDERBECQ, sorti de l’école vétérinaire de Lyon en 1926, résistant dans les FFI, interné au camp de Pont-la-Dame, mort à Gap (Hautes-Alpes) le 02.08.1944.

    *voir le dossier qui lui est consacré dans « Victimes du gouvernement de Vichy »